NOTRE HISTOIRE

Notre histoire

L'histoire de Bani Street est intimement liée à celle des rohingyas. La communauté rohingya est une minorité musulmane de Birmanie vivant dans l’État de l’Arakan. On estime leur nombre à 1 million sur une population de 3 millions de personnes dans l’Arakan. Cette communauté est persécutée depuis plus de 30 ans en Birmanie.

" Les rohingyas sont considérés par l’ONU comme l’un des peuples les plus persécutés au monde "

En 2013, Moussa Ibn Yacoub, humanitaire français s'engage aux côtés des rohingyas pour leur apporter de l'aide humanitaire et médiatiser leur cause. A cette époque, la situation ne fait pas la une des journaux et les aides humanitaires n'arrivent qu'au compte-goutte.

NOTRE HISTOIRE EN VIDÉO

En décembre 2015, lors d’une mission humanitaire, il est arrêté au Bangladesh. Après avoir subi la détention, il fait face à l’interdiction de quitter le territoire. Dans l’attente d’un procès, il vit à Cox’s Bazar, où il fera la connaissance d’un groupe d’enfants des rues vivant dans une extrême précarité. Souhaitant à tout prix les aider, il se rapproche des associations, des familles afin d’opérer un diagnostic et un travail de fond.

Sa passion pour l’humain prendra le dessus et s’exprimera durant son épreuve. Innocenté et libre depuis le 24 juillet 2016, il s’investit dans ce nouveau projet. En Juin 2016, le centre éducatif Bani Street ouvre ses portes à Cox's Bazar et accueille ses premiers pensionnaires.

Notre premier centre éducatif au Bangladesh a une capacité d’accueil de 45 enfants. Ce bâtiment est entièrement dédié à l’accueil, l’hébergement des enfants et l’éducation des enfants. Plus de 50 enfants ont depuis été sortis de la rue.

Aujourd'hui, l'histoire de Bani Street continue. Nos activités se sont élargies à d'autres pays comme le Maroc ou la France.